Dispositif militaire d‘insertion socioprofessionnelle pour les jeunes des Outre-mer éloignés de l‘emploi

SMApartenairesNeuf années de travail en commun, près de 50 jeunes insérés dans l’emploi, une même passion et un même engagement : ainsi pourrait-on résumer les liens qui unissent le Groupe NS et le Service militaire adapté.

Ces deux acteurs de l’insertion ont tenu à rendre hommage à leurs partenaires le 27 mars 2013 lors d’un événement fort : le renouvellement de leur convention. Professionnels de l’emploi du bassin économique de l’Oise, représentants de la formation professionnelle et délégué du préfet de l’Oise ont pu témoigner leur soutien au Groupe NS et rencontrer les représentants du SMA.

Poursuivant ses visites de commandement au sein des différentes unités du Service militaire adapté, le général Loiacono s’est rendu fin avril dernier à Koumac et à Kone, les deux sites de Nouvelle-Calédonie où est implanté le SMA.

En préambule de cette visite : une journée marquée par la présence de Sylvie Robineau, membre du gouvernement de Nouvelle-Calédonie, chargée notamment de la formation professionnelle, et de Jean-Jacques Brot, Haut-commissaire de la République. Cette journée fut l’occasion d’inaugurer l’un des bâtiments d’hébergement récemment achevé et cofinancé par le gouvernement, et de poser la première pierre du futur bâtiment d’instruction du régiment.

.

Le cinquième rendez-vous SMAvenir s’est tenu le jeudi 28 mars au restaurant club La Varenne autour du thème ‘Formons pour l’emploi’. Pour cet atelier-déjeuner, le général Loiacono, commandant le SMA, avait invité des acteurs partenaires de la performance du SMA. A ce titre, les responsables des organismes de formation d’ACSEA1, de l’AFPA2, de l’IFCASS3, de MFR4 et de Prom’hôte ont répondu présent. En outre, L’Agence d’outre-mer à la mobilité, LADOM, partenaire indissociable du SMA pour les formations en métropole des ultramarins, était associée à cette rencontre.

L’Assemblé nationale des Directeurs des Ressources Humaines (ANDRH), fédération rassemblant plus de 5 000 entreprises françaises, a sollicité le SMA pour intégrer sa commission 2013 sur l'inclusion des jeunes dans emploi.

Le comité portait en partie sur le public des décrocheurs scolaires : le chef de bataillon Guillaume Larabi du SMA a ainsi présenté l’action du SMA et pourra exposer au cours des prochaines séances aux participants - DRH, consultants et chercheurs en Ressources Humaines - les piliers de la pédagogie de « resocialisation » du SMA, parmi lesquels :

 

Iohann, peux-tu nous expliquer pourquoi tu as choisi de faire le parcours SMA ?

Cela faisait plusieurs mois que je n’arrivais pas à trouver de travail à Tahiti : le SMA me tentait car un ami m’avait dit que j’allais pouvoir y faire une formation en climatisation qui est un secteur qui marche bien sur l’île, et, en plus, découvrir la vie militaire.

As-tu été surpris par l’expérience ?

Oui ! Le rythme de la vie militaire c’était très différent de ma vie chez moi : les règles, les horaires, la tenue, le respect des chefs … Ca fait bizarre au début. La vie en commun aussi c’est un grand changement, mais ça fait pas de mal !