Dispositif militaire d‘insertion socioprofessionnelle pour les jeunes des Outre-mer éloignés de l‘emploi

 Mappesma V3 blanche mini

Ils parlent du SMA

Mayotte : les évolutions du BSMA par le Général de Revel

my domtomactu19022016

A Mayotte, ils étaient 513 volontaires-stagiaires à apprendre un métier sous les drapeaux en 2015, ils seront 533 dans le cadre de cette montée en puissance. La rigueur militaire rattrape ceux qui ne savaient pas trop à quel destin se vouer :  » Nous allons au delà de notre mission d’accueil de 60% de jeunes sans aucun diplôme et de 30% d’illettrés puisqu’ils étaient 44% l’année dernière à Mayotte, souligne le général de Revel.

Un choix bénéfique que celui du BSMA de Mayotte, puisque son taux d’insertion est le plus élevé des SMA,  » 86%, dont la moitié est inséré dans l’emploi, précise...


En savoir plus sur http://www.domtomactu.com/2016/02/18/les-evolutions-du-bsma-de-mayotte-vues-par-le-general-de-revel/#cCokZZCkWbAgkGOQ.99

La formation militaire appréciée par les patrons

Comme les autres jeunes, ceux qui sortent du RSMA ont du mal à décrocher un emploi. Pour favoriser leur insertion professionnelle, le RSMA a signé une convention de partenariat avec le Medef.

Discipline, rigueur, honnêteté... De bonnes armes pour se frayer un chemin vers l'entreprise. Ce sont quelques-uns des atouts avancés par le Régiment du service militaire adapté (RSMA) en faveur des jeunes qu'il forme.
La convention de partenariat du RSMA et du Medef devrait aider ces stagiaires a atteindre la cible emploi. « Nous recrutons des jeunes, nous les formons, ensuite l'important pour eux c'est l'insertion dans le monde de l'emploi. Tisser des liens étroits avec le Medef leur permettra aussi de mieux connaître le monde de l'entreprise, et de notre côté nous pourrons mieux adapter nos formations aux besoins de l'entreprise » a souligné le colonel Heinzelmeir, chef de corps du RSMA. Cyril Comte le président du Medef Martinique se réjouit de ce partenariat : « L'emploi des jeunes c'est le coeur de la préoccupation du Medef » , a-t-il déclaré. Et le chef d'entreprise de poursuivre : « Aujourd'hui 6000 jeunes de 18 à 24 ans sont à la recherche d'un emploi, cela représente 60% de cette classe d'âge! Il est important de leur offrir l'opportunité d'une expérience professionnelle, c'est notre responsabilité » .
500 jeunes passent par le RSMA chaque année, ils y restent entre six mois et cinq ans. La plupart sont volontaires stagiaires, sans diplômes ils optent pour le RSMA afin de se former. Le RSMA reçoit aussi de jeunes diplômés du CAP au Bac pro, à la recherche d'une première expérience professionnelle. Bâtiment, service à la personne, sécurité... Tous ces jeunes ont le choix entre quatorze filières.
La Martinique ouvre la voie
« Il y a des secteurs où nous avons des difficultés à recruter, a indiqué Cyril Comte. Je pense aux services, à la restauration, l'hôtellerie, l'agriculture... » Pour le président du Medef et ses 250 membres, la formation militaire est un plus : « L'attitude, c'est même plus important que les compétences. Les compétences peuvent s'acquérir. Les jeunes du RSMA ont acquis une certaine discipline, le respect des horaires, la courtoisie... C'est important pour les chefs d'entreprises » .
Après la signature, il faudra passer aux actes, car cette convention de partenariat prévoit des objectifs précis pour l'année 2011 : 30 jeunes en stage, 10 contrats d'alternance et 20 emplois directs. La Martinique pourrait servir d'exemple à d'autres territoires. Cyril Comte a indiqué que des discussions étaient en cours avec le Medef sur l'ensemble de l'Outre-mer pour étendre ce partenariat à la Guadeloupe, la Guyane et la Réunion.

(source :L. H. France-Antilles Martinique 26.04.2011)