Dispositif militaire d‘insertion socioprofessionnelle pour les jeunes des Outre-mer éloignés de l‘emploi

 Mappesma V3 blanche mini

Ils parlent du SMA

#EVSMA : Pour Florian et Pauline, le RSMA de La Réunion a changé leur vie.

a la reunion pauline et florian ont trouve le parfait equilibre entre sport de plein air nourriture chamarree et douceur de vivre photo dr 1560081229

Un poste en tant que Formateur Logistique au Régiment du SMA de La Réunion ? L’occasion s’est présentée et ils ont sauté dessus. Depuis novembre 2015, Florian et Pauline Durque habitent la Réunion. Un choix de vie que ne regrettent pas les Creusotins.

... Il a suffi d’un laps d’inactivité à la fin du DUT logistique de Florian pour qu’ils sautent un pas qu’ils n’auraient jamais imaginé sauter : « Je suis allé toquer à la porte du Cirfa (Centre d’information et de recrutement des forces armées, NDLR), se remémore le Creusotin de 27 ans. On m’a proposé un poste spécial, formateur logistique pour des jeunes en service militaire adapté (RSMA, NDLR) dans les Dom-Tom. »

L’idée est alors de s’engager pour un an et demi pour commencer. Cela fait trois ans et demi maintenant qu’ils sont installés à Saint-Pierre...


crédits : Le Journal de Saone et Loire / Francois Henrard / DR

 

Un détachement de 10 personnels d'active et de réserve constitué de 3 officiers et 7 sous-officiers a participé au mois de juillet 2013 à la 97ème marche d’endurance hollandaise de Nimègue, au sein de l'équipe du GSPI  (Groupement de Soutien des Personnels Isolés).
L’équipe est arrivée
au bout des 160 km de marche en 4 jours, avec sac lesté à 12 kg, et a passé l'ensemble des points de contrôle en équipe constituée. L'esprit de cohésion et le goût de l'effort a permis aux participants de ramener la médaille de groupe.
Parmi eux, le Ltn(r) Robardet, réserviste au commandement du Service Militaire Adapté, représentait le SMA pour sa première participation.



Qu'est-ce que la marche de Nimègue ?

La marche internationale des quatre jours de Nimègue est une épreuve de marche civilo-militaire à travers la campagne néerlandaise. Elle regroupe près de 45.000 marcheurs dont 5.000 militaires venus de différents pays. Les militaires doivent accomplir un parcours de 40 km par jour sur 4 jours consécutifs, avec sac à dos lesté. Le circuit emprunté replonge les marcheurs dans l'histoire de la bataille d'Arnhem (seconde guerre mondiale)

 Depuis quand cette marche existe ?

La marche d’endurance d’Infanterie a été créée en 1909 et s'est fixée définitivement à Nimègue en 1925. A cette occasion, la Reine Wilhelmine des Pays-Bas a imaginé et présenté "la Croix des quatre jours", aux soldats ayant terminé l'ensemble du parcours, en reconnaissance de leur aptitude. Cette marche a été interrompue pendant la seconde guerre mondiale, et a repris avec d'autant plus d'ampleur par la suite : on dénombrait 4000 participants en 1937, 10.000 en 1954, 20.000 en 1982, 30.000 en 1988 pour atteindre la limite fixée à 45.000 participants de nos jours.

Quel est l'intérêt de cette marche ?

 Il y a d'abord un intérêt historique : Nimègue est la région dans laquelle les armées canadienne, polonaise et américaine ont mené leurs opérations au cours des six derniers mois de la Seconde Guerre mondiale, au prix de lourdes pertes. Participer à la marche est une façon de commémorer ces événements et de perpétuer une tradition : durant les quatre jours, nous nous rappelons les sacrifices faits par les Alliés et les Français pour défendre nos libertés et nos valeurs. Chaque année la délégation française participe, aux côtés des forces Canadiennes, à une cérémonie visant à rendre hommage aux quelque 2 300 soldats et aviateurs canadiens qui reposent au Cimetière de guerre canadien à Groesbeek, après être tombés lors de combats visant à libérer les Pays-Bas en 1944 et 1945.

Il y a également un intérêt sportif. Chaque participant parcourt au total 160 km, vêtu de sa tenue de combat régulière et chargé d’un sac à dos lesté. Cette marche n’est pas une épreuve de vitesse, mais d'endurance. Elle nécessite un entraînement adéquat et un bon esprit d’équipe pour parvenir au bout.  Enfin, cette activité développe la cohésion et des valeurs militaires telles que le leadership et le travail d’équipe. Si chaque participant parvenu au terme du parcours reçoit la croix de Nimègue, la médaille de l’équipe n'est attribuée qu'aux équipes demeurées intactes et ayant terminé la marche avec succès : en ordre et avec tous ses membres.

Combien de militaires français y participent ?

Dans le passé, la France a connu quelques participations épisodiques (Ecole Navale, Hussards), mais ce n’est qu’à partir de 2006 qu’un détachement nommé « France Défense Nation » participe régulièrement pour représenter l'armée française. Cette année nous étions 280 militaires français provenant de toutes les armées et de diverses unités, parmi lesquelles l'ESM Saint-Cyr, le 13ème BCA, le GSBdD Paris Ecole Militaire, le TCD Siroco, l'Ecole des Pupilles de l'Air, etc...