Dispositif militaire d‘insertion socioprofessionnelle pour les jeunes des Outre-mer éloignés de l‘emploi

 Mappesma V3 blanche mini

Ils parlent du SMA

#MAYOTTE : le SMA inaugure son nouveau pôle BTP

17 mai 2018 : Dominique Sorain, le préfet de Mayotte, accompagné par les représentants de la Commission Européenne ont assisté à la présentation du régiment du SMA ainsi qu’à l’inauguration du pôle BTP. Installé sur 2600 mètres carrés, cet espace est entierement dédié à la formation professionnelle de jeunes Mahorais, afin de les aider dans leurs projets personnels et professionnels. Les compétences acquises leur permettront de participer activement au développement de leur territoire. Rappelons que cette réalisation de 5,7 millions d'euros a été fianncée à par des fonds européens (FEDER, à 64%) et par le ministère des Outre-mer.

mayotte

Lire la suite...

index

 

sma_veille122014

FORMATION

Actualité

Deux décrets encadrent le droit au retour en formation initiale pour les jeunes décrocheurs. Ils sont issus de la loi de refondation pour l'Ecole de juillet 2013.

Un premier décret concerne les jeunes de 16 à 25 ans sortis du système scolaire sans diplôme ou qualification qui souhaitent reprendre des études. L'objectif est de leur donner une nouvelle chance d'acquérir une qualification permettant leur insertion sur le marché du travail. Plusieurs possibilités leur sont offertes : la reprise des études dans le cadre scolaire, la formation par l'apprentissage, un passage dans une école de la deuxième chance ou une formation professionnelle. Après une demande du jeune, c’est le service public régional d'orientation (SPRO) qui se charge de l’évaluation et l’orientation du jeune vers la solution la plus adaptée.


Un autre décret précise les modalités de prise en charge pour les jeunes de 16 à 25 ans qui ont un diplôme mais pas de qualification professionnelle (baccalauréat d'une série générale par exemple) et qui ne sont pas ou plus dans l'enseignement supérieur. Pour ces jeunes, la prise en charge est également assurée le service public régional d'orientation (SPRO) qui les orientera vers une formation adaptée (sous statut scolaire, en contrat en alternance ou comme stagiaire de la formation continue).

Lire l’article de Localtis Info
Lire le Décret du 5 décembre 2014 relatif à la formation professionnelle des jeunes sortant sans
qualification professionnelle du système éducatif 

Lire le Décret du 5 décembre 2014 relatif à la durée complémentaire de formation qualifiante


Education prioritaire : Les enjeux éducatifs seront bien dans les contrats de ville selon une instruction ministérielle

Une instruction co-signée par les ministres de l'éducation nationale et de la ville et la secrétaire d'Etat chargée de la politique de la ville fait entrer les enjeux éducatifs dans les contrats de ville. Le texte précise notamment que « les collèges et écoles accueillant une majorité d'élèves issus des quartiers prioritaires de la politique de la ville et qui n'intègreront pas les réseaux d'éducation prioritaire feront l'objet d'une attention particulière au titre de l'allocation progressive des moyens dont les modalités seront décrites dans une convention académique ».
Il est également précisé que les contrats de ville devront « exprimer clairement les objectifs prioritaires relatifs à la réussite scolaire et éducative des jeunes ».
Par ailleurs, un référent politique de la ville sera nommé dans chaque rectorat.

Lire l’article Le Café Pédagogique
Lire Le texte (9 pages)


Etudes/Rapports

Evaluation des élèves : la France « au milieu du gué » entre modèle ancien et innovations selon
un premier bilan du Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco)

La France « hésite » entre deux modèles d’évaluation: l’un, traditionnel fondé sur la liberté pédagogique dans la classe et sur les programmes scolaires, l’autre intégrant de « nouveaux ingrédients ». C’est ce que met en avant la sociologue Nathalie Mons, présidente du Cnesco, dans la conclusion de ce rapport. Elle cite notamment « le nouveau socle commun de connaissances, de compétences et de culture » (inscrit dans la loi de refondation de l’école) qui impliquera de nouveaux critères d’évaluation des élèves par les enseignants.
Selon le Cnesco, qui a étudié la réglementation dans plusieurs pays de l’OCDE, des pays comme la France privilégient les formes traditionnelles d’évaluation (devoirs écrits) alors que d’autres pays (Angleterre, Québec), préconisent ou imposent des dispositifs d’évaluation innovants (auto-évaluation, évaluation par les pairs, suivi individualisé des élèves).
Certains pays sont aussi attentifs à « protéger » les élèves de certaines évaluations trop formelles durant les premières années du primaire. En Allemagne, les épreuves écrites sont interdites à ces âges, les enseignants ne pouvant évaluer leurs élèves que par l’observation directe. La Suède ou le Danemark ont éliminé les notations chiffrées au primaire et dans les premières années de collège.

Lire l’article de Libération
Lire le rapport (41 pages) du Cnesco 
Lire aussi l’article de La Croix


INSOLITE

Une ferme coopérative, lieu de vie et d'accueil pour jeunes en difficulté, à Treban (Allier)
Sur les 467 lieux de vie et d'accueil (LVA) existants en France et fonctionnant pour la grande majorité d’entre eux, sous statut associatif, seuls deux fonctionnent sous forme de coopérative, dont « La Ferme aux animaux » à Treban. Créée dans les années 90, cette structure, qui a d’abord été une ferme pédagogique, est devenue en 2009 un LVA, habilité à recevoir six jeunes de 4 à 18 ans relevant des services d’aide sociale à l’enfance de toute la France. La « Ferme aux animaux » est également agréée « entreprise solidaire ».
Les jeunes qui y sont accueillis doivent poursuivre une formation scolaire ou professionnelle. Les travaux collectifs à la ferme leur permettent d'apprendre à vivre ensemble et à acquérir progressivement leur autonomie.

Lire l’article de Mediapart
Voir le site de la Ferme aux animaux

 web-pied-article-bleusma