Dispositif militaire d‘insertion socioprofessionnelle pour les jeunes des Outre-mer éloignés de l‘emploi

 Mappesma V3 blanche mini

Ils parlent du SMA

Polynésie française : une cheffe et un drapeau

pf passcom201707 00Ce 21 juillet 2017 est à marquer d'une pierre blanche pour le Régiment du Service militaire adapté de Polynésie. Sous la double autorité du Haut Commissaire René Bidal et du général Luc de Revel, commandant le SMA, une cérémonie à forte valeur émotionnelle s'est tenue à Arue. En effet, pour la première fois, le régiment a reçu son propre drapeau et a été placé sous le commandement d'une "vahine", le Lieutenant-colonel Sandrine Attia.

Voir le reportage de TNTV (à 03 mn 54 s)


pf passcom201707 02


 pf passcom201707 01

index

Depuis 2013, le SMA et CMA France sont liés par une convention visant à promouvoir les liens entre les centres de formation des apprentis (CFA), les universités régionales des métiers de l’artisanat (URMA) et les RSMA afin d’établir des parcours sécurisés pour les jeunes.

En effet, de véritables voies de coopération existent entre les deux structures, notamment pour promouvoir des parcours sécurisés où les RSMA offriraient aux jeunes une pré-qualification ou qualification (CQP idéalement) et les CFA une certification, voire un diplôme (CAP, BEP) et une insertion professionnelle. Ainsi, le passage au SMA pourrait idéalement entrer dans le cadre d’un « SAS apprentissage » préconisé par la loi « Avenir professionnel » sous l’appellation de « prépa apprentissage ».

Par ailleurs, portée par cette convention, l’amélioration de la coordination entre CMA France et le SMA ouvre la voie à la mutualisation des moyens, pour renforcer la réponse locale en terme de formation  par les centres des CMA et des RSMA. Dans cette optique, il serait même possible d’envisager, pour le SMA, l’externalisation de certaines formations au regard du besoin avéré.

S'inscrivant dans cette logique d'adaptation à la réalité territoriale, CMA et RSMA pourront répondre conjointement à des appels à projet et proposer le montage de formations ad hoc en réponse à des besoins économiques ponctuels.

Enfin, cette convention maintient entre les deux structures cet impératif de veille et d’échange d’informations au sujet de la formation professionnelle.

Ces pistes de coopération entre les deux entités s’inscrivent pleinement dans le cadre du projet SMA 2025 et répondent également à la volonté de la ministre des Outre-mer de promouvoir l’alternance."