Dispositif militaire d‘insertion socioprofessionnelle pour les jeunes des Outre-mer éloignés de l‘emploi
Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
 

20190401 pf tntv captHeinui Seino, 30 ans, est originaire de Tikehau, aux Tuamotu. Volontaire au régiment du SMA de Polynésie française (ex GSMA Pf), "après une jeunesse quelque peu difficile, il a eu l’opportunité d’étudier l’électricité en métropole. Installé là-bas depuis 2008, il a aujourd’hui rejoint la vie civile. En marge de son emploi de chargé d’études en fibre optique immeuble, il a récemment ouvert TKH Print, sa micro-entreprise d’impression 3D". Preuve que les compétences acquises au SMA favorise durablement le développement de chacun(e).

Relancé par le Service militaire adapté et par le RIMap-P

Extraits :

20190401 pf tntv vsC’est alors que son rendez-vous avec le GSMA arrive. "Quelques mois après, le maire avait convoqué tous les jeunes déscolarisés de l’atoll, filles et garçons, pour le recrutement du Groupement du service militaire adapté. Ils venaient recruter des volontaires pour effectuer 10 mois de formation dans différents domaines, bien sûr avec l’encadrement militaire qui va avec. Le premier jour, c’était marrant, nous étions une vingtaine de jeunes, et le lendemain pour signer le contrat, on était deux. J’ai quand même signé." 
  
Heinui retourne donc à Tahiti, du côté du RIMaP-P de Arue, où il fait ses classes avec la 2ecompagnie. En marge de sa formation, il obtient aussi son permis VL "en deux semaines intensives", puis part sur Hao, aux Tuamotu, suivre une formation en électricité. "J’étais parmi les plus doués, pour ne pas dire le meilleur, dit-il avec le sourire. Donc forcément, j’ai vite été repéré par mon chef de section et le capitaine, qui a sélectionné les deux meilleurs de la promo (on était 30) pour suivre une formation complète et plus évoluée en métropole."

C’est ainsi que l’enfant des Tuamotu rejoint la France. "J’étais aux anges, je savais que c’était l’opportunité de me sortir de la galère, souffle-t-il. J’ai atterri au DSMA, le Détachement du service militaire adapté de Périgueux, où le régiment accueille des stagiaires venant spécialement des outre-mer." 
  
Après 10 mois de formation, Heinui sort major de sa promo avec son CAP d’électricien d’équipement et du bâtiment en poche. Il accepte ensuite un poste de volontaire technicien au sein du régiment. "De stagiaire je suis passé à aide moniteur, c’est-à-dire que j’étais le bras droit du formateur. Je faisais partie de l’encadrement, et à mon tour je devais enseigner aux nouveaux arrivants. C’était génial, en trois ans je suis monté au grade de caporal", se réjouit-il.


En savoir plus sur le parcours de Heinu Seino : TNTV

crédits photos : droits réservés