Dispositif militaire d‘insertion socioprofessionnelle pour les jeunes des Outre-mer éloignés de l‘emploi

 Mappesma V3 blanche mini

Ils parlent du SMA

MARTINIQUE : un jour dans la vie de Priscille, volontaire technicienne épanouie

Créola, supplément féminin de France Antilles, consacre sa rubrique économique "Elles font le job" à Priscille. Cette jeune martiniquaise s'est engagée comme volontaire technicienne au Régiment du SMA de la Martinique. Elle encadre des volontaires de la filière Agent de Prévention et de Sécurité. Récit d'une journée au service des autres et de son avenir.

Lire l'article

NC temoin VT mai2017

 

source : (c) Créola - mars avril 2017

Les grandes dates du SMA

SMA1961 Michel Debre

C'est à l'initiative de Michel DEBRÉ, premier Ministre, sur proposition du général Jean Némo, que le SMA est créé aux Antilles-Guyane en 1961, à titre expérimental. Le général Nemo disait du SMA : « Sous son drapeau, il ne s’inscrira jamais de noms de victoires militaires, mais il est d’autres victoires, celles que l’on gagne contre la misère et le sous-développement ».

  • 1961 : lancement du Service militaire adapté aux Antilles. Au fil des années, le SMA s’étend à l’ensemble des départements et collectivités d’outre-mer :
    • 1965 : La Réunion
    • 1986 : Nouvelle-Calédonie
    • 1988 : Mayotte
    • 1989 : Polynésie française
    • 1995 : création d'un détachement à Périgueux pour faciliter la mobilité et la formation en métropole
  • 1996 : suspension du Service militaire « classique » et maintien du SMA, au vu de sa bonne prise en charge de la jeunesse en difficulté
  • 2009 : décision de doubler le nombre de jeunes accueillis par le SMA
  • 2017 : le SMA est en mesure d'accompagner 6 000 jeunes par an

Le général Jean Némo 

SMA1961 GBR Jean Nemo

Le général Jean Némo est issu de l’infanterie coloniale. Saint-cyrien de la promotion « du Rif » (1924-1926), il sert au Tonkin dès sa sortie de l’Ecole spéciale militaire puis effectue, après-guerre, deux nouveaux séjours en Extrême-Orient, l’un de 1946 à 1948 en tant que chef de bataillon et lieutenant-colonel à l’état-major de la 3e division d’infanterie coloniale puis commandant du secteur des Plateaux à Pleiku, l’autre de 1952 à 1955, où il assure successivement le commandement de la zone Sud et de la zone d’Haïphong.

Auditeur à l’Institut des hautes études de la défense nationale (IHEDN) en 1956, le colonel Némo est promu deux ans plus tard général de brigade et nommé commandant supérieur du groupe Antilles- Guyane où il met au point le "service militaire adapté" (SMA) aux conditions économiques et sociales des départements et territoires d’outre-mer.

(source : Marie-Catherine VILLATOUX. Article paru dans la Revue historique des armées, n°232, 2003)